COMMENT
image/svg+xml
le site
« Ah bon ? J'suis pas obligé de faire des rimes là ? »
Mode EN RAPPORT
infos image/svg+xml commentaires image/svg+xml 7 téléchargement image/svg+xml
  1. La France offensée
infos image/svg+xml
- Infos sur ce morceau -Date2002Durée4:39StylesRapAmbiances/TonsIroniqueThèmesRacismePolitiqueConservatismeLa France offensée
Je commence en décrivant le portait-type du beauf facho lambda que l'on peut trouver en France. Ensuite, j'évoque le passage de Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle de 2002, en essayant d'en décrypter le contexte. Et en règle général, je pointe du doigt le fait que ce pays est rongé par un certain conservatisme.
couv album correspondant
Extrait de Esprit critique
  1. La France offensée
commentaires image/svg+xml 7
- Commenter ce morceau -
smiley souriresmiley riresmiley oeilsmiley tristesmiley languesmiley surprissmiley perplexesmiley evil_souriresmiley evil_riresmiley evil_tristesmiley evil_langue
Signé (ou non) :Votre site web :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation


commentaires image/svg+xml 7
- Commentaires précédents -
icone commentaire extérieur « Une chanson qui dénonce l'extrême droite et sa rhétorique dangereuse. Cette chanson est vraiment originale dans sa construction. Bravo! »24/12/2006-16:18 - Anonyme

icone commentaire extérieur « Très sympas. Bonne continuation »02/01/2007-10:21 - Anonyme

icone commentaire extérieur « C'est pas mal mais je pense que cela reste trop ancré dans le rap pur et dur. A mes yeux le rap c'est dépassé. Je pense qu'il faudrait chercher à se démarquer en faissant évolué le rap avec pourquoi pas un retour au racine hip hop »08/02/2007-19:13 - Anonyme

icone commentaire extérieur « pas mal du tout, mélodieux pour du rap. Nat »08/02/2007-21:38 - Anonyme

icone commentaire extérieur « ué! le problème est cerebrale! $!3(L3 °21____Pr!$0n (3r3bR@L3. »02/07/2007-15:57 - Anonyme

icone commentaire extérieur « quelqu'un a dit que le rap etait dépassé. mdr je rigole. C'est vivendi et sonic music qui disent çà. Continue moi je kiff ton rap. ca me rapelle mon époque. »16/08/2007-11:55 - Anonyme

« Dénoncer le FN .. pardon le RN avec le flow de la Marseillaise ...bravo smiley oeil »13/06/2019-10:34:29 - Anonyme
  1. La France offensée
téléchargement image/svg+xml
- Télécharger ce morceau -
Cliquer sur l'icône du format choisi et patienter quelques instants.
MP3
.
fleche_activite_message fleche_activite_message fleche_activite_message
OGG
.
fleche_activite_message fleche_activite_message fleche_activite_message
FLAC
...
fleche_activite_message fleche_activite_message fleche_activite_message

  1. La France offensée

TOUS LES BILLETS

Bienvenue

Mon siteMon parcours« J'ai bel et bien fini de me prendre la tête avec la programmation de ce foutu site… Ouf ! [...] »SUITE 10/09/2013

Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 1

PolitiqueManipulationIntolérance« Ce billet pourrait s'adresser tout particulièrement à la jeunesse dite "issue des quartiers" (et accessoirement de l'immigration). Ce n'est pas un jugement brut sans prendre en compte le fait que tous ne tombent pas dans ce piège qui leur est tendu. [...] »SUITE 01/11/2013

Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 2

PolitiqueManipulationIntolérance« Dans mon précédent billet, j'évoquais en France, le contexte dans lequel l'extrême droite avait tranquillement fait son bonhomme de chemin, surfant sur le désarroi généralisé d'une bonne partie du peuple. J'en reviens maintenant au présent. [...] »SUITE 02/11/2013

Macho, homophobe, ça rend pas plus viril

DiscriminationsHomophobieSociété« S'il y a un cliché qui revient sans arrêt dans la musique que je peux aimer et pratiquer c'est bien celui-ci : le bon gros gangsta entouré de bitches, pour bien afficher, jusqu'au grotesque, qu'il est "du bon côté de la barrière". [...] »SUITE 02/12/2013

Le luxe de se plaindre

NéolibéralismeSocial« Oyé braves gens ! Je viens vous faire part d'un terrible constat : il y a au dessus de vous, des personnes qui souffrent. Comment ? Vous ne ressentez pas leur souffrance ? C'est sans doute que vous êtes trop préoccupés par votre petit confort, vos petits ennuis, ou votre petite précarité quotidienne. [...] »SUITE 29/04/2014

Rap, qu'avez-vous à dire pour votre défense ?

RapPréjugés« "Accusé Rap, voici les faits qui vous sont reprochés. Trouble à l'ordre public de la musique. Perversion de la jeunesse. Incitation au meurtre. Que votre avocat s'exprime à présent. [...] »SUITE 29/08/2014

Fin de repas tragique

Charlie HebdoReligionInégalités« Nous sommes vers la fin d'un repas. Autour de la table, ça digère plus ou moins bien… Puis survient l'incident. Un des invités, sans doute un peu éméché, enchaîne des blagues d'une certaine lourdeur. [...] »SUITE 02/02/2015

Sous l'emballage, la musique

MarketingIndustrie musicaleMa musique« Au commencement, étaient simplement des sons, émis par divers instruments ou autres moyens, généralement en vue d'une certaine esthétique, rien de plus. [...] »SUITE 19/04/2015

Entre désarroi et n'importe quoi

PolitiqueLuttes sociales« Le monde d'aujourd'hui rappelle un constat évident, sauf si la mauvaise foi nous empêchait de le faire. Depuis fort longtemps, il n'y a jamais eu autant de concentration de richesses, de précarité, même dans les pays dits "riches". [...] »SUITE 29/07/2015

Ce n'est plus du Rap

RapIndustrie musicale« Je débute ce texte en précisant d'emblée que je ne suis pas une encyclopédie vivante du genre musical que je défends et pratique. Mais je prétends posséder la base de connaissances pour identifier ce que l'on nomme le Rap. [...] »SUITE 18/06/2016

Ça casse les urnes !

PolitiqueDémocratieMédias« Le décor est planté. Immobile depuis des décennies. Le cycle est toujours identique, et il débute comme ceci : la déception d'un mandat où la majeure partie des gens a fini par réaliser sa "mauvaise pioche" d'il y a quelques années. [...] »SUITE 06/04/2017

Il est interdit d'interdire (d'exploiter)

Lutte des classesViolence socialeNéolibéralisme« Il est des périodes de contestation généralisée qui marquent l'histoire d'un pays. Jusque dans ses slogans, parfois radicaux, dont on se souvient encore aujourd'hui. [...] »SUITE 21/04/2018

La nécessaire ''impolitesse'' de la contestation

Gilets jaunesRépressionDémocratie« En conclusion de mon précédent billet, j’avais émis l’hypothèse d’un mouvement de contestation du peuple, du moins, d’une partie. Il n’était pas très surprenant qu’elle finisse par se produire un jour sous une forme ou une autre [...] »SUITE 02/03/2019

Hypocrisies

HypocrisieIntoléranceReligion« Commençons par les faits. Deux jeunes femmes discutent en live sur Instragram. [...] »SUITE 04/03/2020

Coronavirus : Ce qu'il nous montre

CoronavirusSantéInégalités« C'est malheureux pour vous, mais il a fallu que je fasse irruption sur Terre, comme une bien mauvaise surprise réservée à l'humanité, une malédiction des temps modernes. [...] »SUITE 24/03/2020

Menacés, les puissants se défendent !

RépressionMédiasMépris de classe« Mes chers (puissants) semblables, l'heure est grave. Vous devez réaliser à quel point le mécontentement, la colère, s'accumulent envers nous ces dernières années. Il semblerait qu'il devienne de plus en plus difficile de les contenir. [...] »SUITE 08/01/2021
icone rubrique bonus

Billets


Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 1
PolitiqueManipulationIntolérance01/11/2013Ce billet pourrait s'adresser tout particulièrement à la jeunesse dite "issue des quartiers" (et accessoirement de l'immigration). Ce n'est pas un jugement brut sans prendre en compte le fait que tous ne tombent pas dans ce piège qui leur est tendu. Mais le constat est là : une partie non négligeable d'entre eux a fini par calquer sa façon de penser sur un discours qui n'est hélas pas aussi nouveau et "rebelle" qu'il en a l'air. Afin de mieux vous expliquer ce dont il s'agit, laissez-moi vous suggérer un léger retour en arrière de quelques décennies (Les plus jeunes d'entre vous n'étaient évidemment pas nés).

Nous sommes revenus au début des années 90. A cette époque, les camps étaient relativement bien délimités sur le plan politique, s'agissant de l'extrême droite. Sur la scène médiatique, elle était déjà bien sûr représentée par le Front National. Son dirigeant d'alors, Jean-Marie Le Pen "brillait" (si j'ose dire) par ses saillies verbales on ne peut plus douteuses, voire franchement haineuses ; un scoop pour personne. Son discours dégageait bien souvent la caricature du facho de bistro qui amuse la galerie, mais le personnage, habille orateur malgré tout, avait déjà ses quelques "fans" inconditionnels. L'éternelle formule : "immigration = tous les problèmes de notre pays" était donc martelée à longueur de discours, accompagnée d'une certaine obsession du "chacun chez soit, pas de mélange". Aucune ambiguité n'était possible. Et pour les convictions économiques, sujet (à tort) très secondaire lorsque l'on aborde la critique du FN, Le Pen (père) s'alignait sur celles de Ronald Reagan, ex-président néo-conservateur des Etats-Unis, qui n'était pas réputé pour son goût du "social". D'ailleurs, ce qui est bien à souligner, c'est qu'à ce moment, le FN n'avait pas une posture de contestation du système en place. Et il n'est pas superflu de préciser que l'extrême droite n'était (déjà) pas une fervente militante de la défense de la liberté d'expression, ni du droit des travailleurs face aux abus, encore moins une voix des banlieues défavorisées. Pourquoi ces soudaines précisions ? J'y reviendrai plus tard…

Et puis, les années ont passé. Petit à petit, la classe moyenne a fini par baigner dans ce quotidien où "demain" devient de moins en moins sûr. Comme si, sournoisement, une machine s'était mise en marche pour mettre à mal le bon équilibre du peuple, avec tout ce que cela comporte de "vital" : accès à la santé, au travail, à une vie stable et décente… Comme si une pression injustifiée devait obligatoirement se manifester pour avoir ce qui nous est dû, afin de vivre "bien" (au minimum). Ce n'est en fait que l'aboutissement de l'idéologie du néo-libéralisme, devenue terriblement dominante au sein de la classe politique, qu'elle se définisse de gauche ou de droite. Cette idéologie, dans la continuité des années Reagan/Thatcher a littéralement tout contaminé (le mot n'est pas trop fort, au vu du malaise social) sur son passage. Le principe : il faut laisser faire le marché ; tout doit en dépendre, même ce qui est justement vital. Alors, en France, la gauche dite socialiste n'a pas non plus échappé à cette influence. Dans son ensemble, elle s'est fourvoyée dans ce même dogme, ouvertement inégalitaire (depuis quand somme-nous tous égaux devant le marché ?), ce qui devrait en toute logique lui retirer le qualificatif de "gauche". De quoi alimenter le sentiment d'abandon, voire de trahison, chez une bonne partie de ce qui a été ou aurait pu être son électorat : les classes populaires, et par extension, la jeunesse des quartiers.

caricature Le PenEt là, il y a un fossé qui n'a cessé de se creuser depuis les années fin 90-2000. Entre les personnes les plus exposées aux inégalités, et les politiques dont les convictions, certes très jolies sur le papier, sont censées porter secours aux premiers. Il aurait été évidement beaucoup plus facile de "taper" sur la droite "classique", surtout lorsque ses représentants les plus zêlés méprisent et insultent ouvertement les minorités, mais il me fallait rappeler le renoncement de cette pseudo-gauche (sur le plan économique) pour introduire ce qui va suivre.

Le choc. Premier tour de l'élection présidentielle de 2002 : Jean-Marie Le Pen dans le duo de tête. Qu'a-t-il fait pour se retrouver à cette place ? Ma réponse est celle-ci : pas grand chose. A force d'expérience, il s'est très certainement rendu compte qu'il n'y avait qu'à profiter du contexte de désarroi relativement généralisé pour que son parti finisse par endosser le rôle (apparent) d'alternative de protestation, puisque ailleurs, tout semble être fondé dans le même moule néo-libéral.

Au passage, il faut "saluer" comme toujours le remarquable travail de bourrage de crâne des grands médias, sur la thématique de l'insécurité, au détriment de l'urgence sociale sans cesse grandissante, qui n'est pas aussi "sensationnelle" hélas. Les grands médias, justement. Eux aussi, pour beaucoup, ont perdu toute crédibilité. Leur rôle ne se limitant surtout qu'à lire le prompteur lui aussi d'inspiration néo-libérale (la fameuse "pensée unique"), déjà prêt à l'avance.

Récapitulons. Le système injuste qui nous enc… Les grands médias qui manipulent. La prétendue gauche qui capitule.

La voie est (hélas) grande ouverte…

Suite de ce billet

EXPLICITE


smiley souriresmiley riresmiley oeilsmiley tristesmiley languesmiley surprissmiley perplexesmiley evil_souriresmiley evil_riresmiley evil_tristesmiley evil_langue
Signé (ou non) :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation