COMMENT
logo explicite

le site

« Moi aussi, j'veux être une superstar anonyme de la blogosphère ! »

Mode EN RAPPORT

logo explicite

le site

  1. L'expert
- Infos sur ce morceau -Année 2019Durée 4:20Style(s) RapAmbiance(s)/Ton(s) CalmeIroniqueThème(s) Chroniqueurs médiasRéactionnairesNéolibéralismeSur un ton ironique, voici le portrait-type d'un chroniqueur, ou autre personnage, omniprésent dans les grands médias. Sa parole en arrive à être élevée au rang de "référence", sur ses sujets de prédilection, malgré de fréquentes outrances ou contres-vérités. Il est aussi expliqué que bon nombre de ce type d'"experts" ne défendent très souvent que des idées au service des puissants.
couv album correspondant
Extrait de : Furieusement cool
  1. L'expert
- Commenter ce morceau -
Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p

Signé (ou non) :Votre site web :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation


- Commentaire précédent -
icone commentaires précédents intérieur
1
« Besoin d'un "Expert" Expert sur tout, sur rien et surtout Expert de son Expertise tapez '15' sur votre téléviseur, expertises expertes 24h/24 »17/01/2020-15:00:38 - YonL
  1. L'expert
- Télécharger ce morceau -
Cliquer sur l'icône du format choisi et patienter quelques instants avant que la fenêtre d'enregistrement ne s'ouvre.
  1. C'est pas grave
- Infos sur ce morceau -Année 2019Durée 4:38Style(s) RapAmbiance(s)/Ton(s) Incarnation personnageOrchestralThème(s) AustéritéInégalitésRévolutionTout au long de ce titre, deux voix "symboliques" s'expriment : celle des dirigeants annonçant des restrictions, et celle du peuple qui, dans un premier temps, les accepte. Puis arrive un stade où la majeure partie du peuple ne supporte plus la situation, compte tenu d'une injustice devenu trop importante. Le ton employé et certaines expressions font évidement référence à la Révolution Française.
couv album correspondant
Extrait de : Furieusement cool
  1. C'est pas grave
- Commenter ce morceau -
Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p

Signé (ou non) :Votre site web :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation
  1. C'est pas grave
- Télécharger ce morceau -
Cliquer sur l'icône du format choisi et patienter quelques instants avant que la fenêtre d'enregistrement ne s'ouvre.

8:58
  1. L'expert
  2. C'est pas grave

TOUS LES BILLETS
BienvenueMon siteMa démarche« J'ai bel et bien fini de me prendre la tête avec la programmation de ce foutu site… Ouf ! [...] »SUITE 10/09/2013

Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 1PolitiqueManipulationsIntolérance« Ce billet pourrait s'adresser tout particulièrement à la jeunesse dite "issue des quartiers" (et accessoirement de l'immigration). Ce n'est pas un jugement brut sans prendre en compte le fait que tous ne tombent pas dans ce piège qui leur est tendu. [...] »SUITE 01/11/2013

Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 2PolitiqueManipulationsIntolérance« Dans mon précédent billet, j'évoquais en France, le contexte dans lequel l'extrême droite avait tranquillement fait son bonhomme de chemin, surfant sur le désarroi généralisé d'une bonne partie du peuple. J'en reviens maintenant au présent. [...] »SUITE 02/11/2013

Macho, homophobe, ça rend pas plus virilSociétéDiscriminations« S'il y a un cliché qui revient sans arrêt dans la musique que je peux aimer et pratiquer c'est bien celui-ci : le bon gros gangsta entouré de bitches, pour bien afficher, jusqu'au grotesque, qu'il est "du bon côté de la barrière". [...] »SUITE 02/12/2013

Le luxe de se plaindreNéolibéralisme Social« Oyé braves gens ! Je viens vous faire part d'un terrible constat : il y a au dessus de vous, des personnes qui souffrent. Comment ? Vous ne ressentez pas leur souffrance ? C'est sans doute que vous êtes trop préoccupés par votre petit confort, vos petits ennuis, ou votre petite précarité quotidienne. [...] »SUITE 29/04/2014

Rap, qu'avez-vous à dire pour votre défense ?RapPréjugés« Accusé Rap, voici les faits qui vous sont reprochés. Trouble à l'ordre public de la musique. Perversion de la jeunesse. Incitation au meurtre. Que votre avocat s'exprime à présent. [...] »SUITE 29/08/2014

Fin de repas tragiqueCharlie hebdoReligionsInégalités« Nous sommes vers la fin d'un repas. Autour de la table, ça digère plus ou moins bien… Puis survient l'incident. Un des invités, sans doute un peu éméché, enchaîne des blagues d'une certaine lourdeur. [...] »SUITE 02/02/2015

Sous l'emballage, la musiqueMarketingIndustrie musicaleMa musique« Au commencement, étaient simplement des sons, émis par divers instruments ou autres moyens, généralement en vue d'une certaine esthétique, rien de plus. [...] »SUITE 19/04/2015

Entre désarroi et n'importe quoiPolitiqueLuttes sociales« Le monde d'aujourd'hui rappelle un constat évident, sauf si la mauvaise foi nous empêchait de le faire. Depuis fort longtemps, il n'y a jamais eu autant de concentration de richesses, de précarité, même dans les pays dits "riches". [...] »SUITE 29/07/2015

Ce n'est plus du RapRapIndustrie musicale« Je débute ce texte en précisant d'emblée que je ne suis pas une encyclopédie vivante du genre musical que je défends et pratique. Mais je prétends posséder la base de connaissances pour identifier ce que l'on nomme le Rap. [...] »SUITE 18/06/2016

Ça casse les urnes !PolitiqueÉlectionsDémocratieMédias« Le décor est planté. Immobile depuis des décennies. Le cycle est toujours identique, et il débute comme ceci : la déception d'un mandat où la majeure partie des gens a fini par réaliser sa "mauvaise pioche" d'il y a quelques années. [...] »SUITE 06/04/2017

Il est interdit d'interdire (d'exploiter)Lutte des classesViolence socialeNéolibéralisme« Il est des périodes de contestation généralisée qui marquent l'histoire d'un pays. Jusque dans ses slogans, parfois radicaux, dont on se souvient encore aujourd'hui. [...] »SUITE 21/04/2018

La nécessaire ''impolitesse'' de la contestationGilets jaunesRépressionDémocratie« En conclusion de mon précédent billet, j’avais émis l’hypothèse d’un mouvement de contestation du peuple, du moins, d’une partie. Il n’était pas très surprenant qu’elle finisse par se produire un jour sous une forme ou une autre [...] »SUITE 02/03/2019

HypocrisiesAffaire MilaPolitiqueReligion« Commençons par les faits. Deux jeunes femmes discutent en live sur Instragram. [...] »SUITE 04/03/2020

Coronavirus : Ce qu'il nous montreCoronavirusSantéInégalités« C'est malheureux pour vous, mais il a fallu que je fasse irruption sur Terre, comme une bien mauvaise surprise réservée à l'humanité, une malédiction des temps modernes. [...] »SUITE 24/03/2020
icone rubrique bonusBillets

Coronavirus : Ce qu'il nous montre
CoronavirusSantéInégalités24/03/2020oeil reflet terre coronavirusC’est malheureux pour vous, mais il a fallu que je fasse irruption sur Terre, comme une bien mauvaise surprise réservée à l'humanité, une malédiction des temps modernes. Qu'importe le niveau de sophistication de votre époque, je suis venu vous rappeler que vous restez des êtres vulnérables aux menaces que vous ne parvenez pas à maîtriser.

Je n'ai aucun scrupule, aucun idéal, aucune logique. Je me contente d'exploiter le terrain qui m'est offert. Pourtant, si ma présence vous pousse à souffrir, elle vous pousse aussi à réfléchir. Car ma simple venue résonne lourdement, telle une bombe remplie d'une multitude de constats sans ambiguïté et sans concession. Je suis bien cette énorme sentence qui vous a explosé à la gueule. L'ironie du sort fait que je suis moi-même coupable de semer le trouble à très grande échelle, mais il serait trop commode de m'attribuer l'unique rôle du fautif. Peut-être faudrait-il chercher à saisir tout ce qui a pu amplifier mes capacités de nuisance.

Avant que je ne débarque chez vous, figurez-vous que vos chers dirigeants ont été informés des conséquences néfastes de mon arrivée, mais qu'ils n'ont pas daigné de suite les anticiper, pour mieux organiser la défense. En toute franchise, je vous affirmerai donc qu'à ce stade précis, ils vous ont négligés. Contrairement à moi qui me fous de tout, je crois savoir que pour vous, il serait logique qu'ils soient jugés plus tard pour cette négligence flagrante.

En remontant un peu plus loin dans le temps, je n'ai pas à me plaindre des décisions prises jusque ici, concernant ce que vous nommez le système de santé. Votre bouclier, s'il n'avait pas été affaibli régulièrement, aurait davantage freiné mes ardeurs. Pour cela, je ne remercierai sans doute jamais assez ceux qui ont eu des penchants bien prononcés pour les exigences de rentabilité, de coupes budgétaires, sans jamais se soucier de ma potentielle apparition. Oui, je dis merci à tous ces décideurs de ne pas avoir été assez prévoyants, car trop perchés dans leur monde délirant de technocrates irresponsables. Ces mêmes champions de l'aveuglement et de l'entêtement ont souvent été interpellés par des critiques concernant un manque évident de moyens, sans jamais les prendre vraiment en compte.

Dans une action bien plus radicale qu'une grève très suivie, c'est aujourd'hui moi qui vient défoncer la porte des chefs, avec un message qui pourrait être : Changez de politique, ou vous aurez des morts sur la conscience, s'il vous en reste une. De manière brutale, je pointe justement du doigt cette inconscience, qui est d'avoir considéré la santé comme une dépense coûteuse ou un business, plus qu'une nécessité vitale qui devrait être pleinement accessible à tous, surtout lors de circonstances exceptionnelles et imprévues.

Ma présence aide à souligner très visiblement, la violence des discours répétés sans cesse, sur la réduction des dépenses, dont celles qui contribuent à votre intégrité physique. Dorénavant, c'est comme si j'avais tamponné le mot "ordure" en indélébile sur le front des idiots qui oseraient encore la ramener avec le sempiternel dogme d'austérité dans ce domaine si précieux pour vous, la santé. Je ne vous demanderai pas de remerciements pour cette bonne action involontaire de ma part. Je me doute que beaucoup d'entre vous trouveront très regrettable qu'il ait fallu que je provoque un tel choc, pour bien mettre en évidence l'absurdité de ces logiques de restriction. Mais à la vue du déni de réalité des nombreux extrémistes de la politique dominante du "tout marché" bien en place, il n'en fallait peut-être pas moins pour tenter de marquer durablement les esprits.

Pour ne pas perdre la face, quelques uns de ceux qui ont eu tort pendant toutes ces années se sont tournés vers un hypocrite numéro de comédie dont personne ne devrait être dupe. Les encouragements, les éloges sur l'héroïsme avéré du personnel soignant, encore plus sous pression face au danger que je représente, ne sont qu'un monumental et indécent foutage de gueule, quand ils proviennent de responsables ayant favorisé la mise à mal de votre système sanitaire. Sans parler de ceux qui les ont élus. Je rappelle à ces derniers, l'immense connerie qu'ils ont indirectement cautionné. Elle ne s'efface pas automatiquement avec de beaux applaudissements qui sont, pour une bonne partie, peu sincères, voire déplacés. Laissez-moi faire comprendre sèchement aux ignorants et amnésiques que la meilleure façon d'encourager les garants de votre santé aurait été, initialement, une vraie politique sociale. Retiendront-ils cette leçon, à présent ?

La situation que j'impose a ceci de cocasse, elle force beaucoup de personnes très bruyantes à se taire, face à des idées, des solutions qu'elles auraient habituellement dénigrées avec virulence. Peut-être que certains d'entre vous se délectent à présent de la tronche des éditocrates de la "pensée unique", devant la nécessité évidente de consolider l'hôpital public, ou l'évocation d'éventuelles nationalisations d'entreprises. La cerise sur le gâteau étant la venue en renfort de médecins de Cuba ou du Venezuela, censés être de terribles dictatures, dans le jargon de ces chroniqueurs de l'"axe du bien" dans les grands médias. Je vous confirme au passage que l'Europe, censée vous protéger, telle qu'elle a été construite, n'est qu'une imposture d'inspiration bien plus technocratique que sociale et solidaire, et qu'elle est, sous sa forme actuelle, à détruire.

Mais ne vous attendez pas à de grands changements dans l'immédiat. Je vous démontre que, comme toujours, les "petits" vont trinquer en priorité. Les biens lotis, bénéficiant d'une paisible forteresse, ne s'interdisent pas de blâmer les quelques "indisciplinés" qui font parfois leurs courses comme ils peuvent, et au prix qu'ils peuvent, sur les marchés populaires. Les biens lotis encore, pour la plupart, n'auront pas trop d'états d'âmes à envoyer le petit personnel m'affronter, même insuffisamment protégé, en les appâtant avec un sordide bonus financier, qui pourrait porter le doux nom de "prime de sacrifice". Encore et toujours, les biens lotis chercheront probablement à vous faire payer les dégâts que je vais faire à l'économie. Quelle aubaine ! Quel prétexte tout trouvé, pour rogner un peu plus sur vos droits de salariés. On dirait bien que ce manque de décence se remarque encore plus aisément sous mes agissements.

Le mal que je propage, cette pagaille que je sème, devraient pourtant être l'occasion de bien faire ressortir le fait que, sans vous, les "petits", plus rien ne tourne, et que la richesse ne se crée pas d'après un mythe patronal trop répandu, car c'est vous qui l'incarnez. Peut-être ne devriez-vous plus attendre qu'une glorieuse figure économique fasse preuve d'une pseudo "charité", avec de l'argent souvent économisé grâce à diverses aides de l'Etat ou astuces fiscales. Peut-être que vous ne devriez pas avoir à faire encore plus d'efforts que vous n'en faites déjà. Si j'étais vous, j'exigerais la réquisition d'urgence de la somme nécessaire à votre bien-être, aux plus grosses fortunes/entreprises de la planète, afin d'en finir avec cet enfumage qui consiste comme toujours, face aux problèmes, à préserver les riches et pressuriser les autres.

Les conséquences de mon apparition sont loin d'être douces, mais peut-être que sous mes airs malfaisants, j'apporte, malgré moi, une perspective de changement de cap. Je peux déjà vous faire constater combien la qualité de l'air s'améliore, lorsque l'activité industrielle est mise en sourdine. Je peux aussi réussir à vous faire constater qu'il est possible de vivre sans consommer à outrance, des biens pas toujours utiles à votre épanouissement. Peut-être que je vous ferai constater que la solidarité et l'entraide peuvent s'organiser en dehors de tout système purement financier. Par dessus tout, dans votre intérêt, peut-être que j'arriverai aussi à vous faire définitivement constater que l'avenir ne se construira jamais équitablement pour tous, avec les idées et leurs représentants en place aujourd'hui. Ou alors, attendez-vous un électrochoc encore plus fort pour le réaliser ?

EXPLICITE


Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p
Signé (ou non) :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation