COMMENT
point hors ligne Je suis HORS LIGNE 
logo explicite

le site

« Ah bon ? J'suis pas obligé de faire des rimes là ? »

Mode EN RAPPORT

logo explicite

le site

  1. Quand le jour sera venu
- Infos sur ce morceau -Année 2008Style(s) RapAmbiance(s)/Ton(s) OrchestralViolentThème(s) RévolutionSystèmeFuturJ'imagine l'arrivée d'une contestation d'une ampleur telle que le système s'en trouverait radicalement remis en cause, pour devenir simplement plus juste pour tous.
couv album correspondant
Extrait de : Horizon dépassable
  1. Quand le jour sera venu
- Commenter ce morceau -
Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p

Signé (ou non) :Votre site web :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation


- Commentaire précédent -
icone commentaires précédents intérieur
1
« Ça reste un des plus grand titres d'Explicite je pense ! Ce qu'il y a d'incroyable c'est qu'il vieillit pas, malgré le coté engagé et direct (ce qui n'est pas toujours le meilleur moyen de bien passer au crible du temps) »20/11/2018-22:33:52 - Anonyme
  1. Quand le jour sera venu
- Télécharger ce morceau -
Cliquer sur l'icône du format choisi et patienter quelques instants avant que la fenêtre d'enregistrement ne s'ouvre.
  1. Plan à trois
- Infos sur ce morceau -Année 2018Style(s) RapElectroAmbiance(s)/Ton(s) RécitDansantThème(s) ConnivencesSexeJe compare les connexions et autres copinages entre les acteurs économiques, politiques et médiatiques en place à une relation sexuelle débridée entre trois personnes dans un film porno. D'où leurs appellations de Madame E, Monsieur P, et Monsieur M dans mon texte. Le tout sur un son électro d'influence années 80/90, comme un clin d'œil aux premiers films X diffusés sur Canal+.
couv album correspondant
Extrait de : L'écho du chaos
  1. Plan à trois
- Commenter ce morceau -
Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p

Signé (ou non) :Votre site web :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation


- Commentaires précédents -
icone commentaires précédents intérieur
2
« top ! l'instru déchire aussi.  »18/01/2019-20:25:32 - j87

« Ce texte est hallucinant smiley oeil mais l'instru est bluffante aussi »03/05/2019-11:32:27 - YonL
  1. Plan à trois
- Télécharger ce morceau -
Cliquer sur l'icône du format choisi et patienter quelques instants avant que la fenêtre d'enregistrement ne s'ouvre.
  1. On en est là
- Infos sur ce morceau -Année 2018Style(s) RapAmbiance(s)/Ton(s) FictionIncarnation personnageThème(s) CapitalismeInégalitésSoif d'argentLong morceau représentant une métaphore sur le système capitaliste en place. Il est divisé en trois parties, ayant chacune un protagoniste différent. Première partie : un haut responsable d'une secte de privilégiés expliquant la doctrine qui s'applique depuis longtemps. Deuxième partie : un travailleur résigné à sa condition d'"exploité" qui, malgré ce qu'il subit, cautionne la doctrine inégalitaire en place. Troisième partie : un insurgé qui est parvenu à atteindre le repère de la secte dominante, afin de tenter d'en finir avec son règne.
couv album correspondant
Extrait de : L'écho du chaos
  1. On en est là
- Commenter ce morceau -
Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p

Signé (ou non) :Votre site web :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation
  1. On en est là
- Télécharger ce morceau -
Cliquer sur l'icône du format choisi et patienter quelques instants avant que la fenêtre d'enregistrement ne s'ouvre.

TOUS LES BILLETS
Bienvenuemon site - ma démarche« J'ai bel et bien fini de me prendre la tête avec la programmation de ce foutu site… Ouf ! [...] »SUITE 10/09/2013

Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 1politique - manipulations - intolérance« Ce billet pourrait s'adresser tout particulièrement à la jeunesse dite "issue des quartiers" (et accessoirement de l'immigration). Ce n'est pas un jugement brut sans prendre en compte le fait que tous ne tombent pas dans ce piège qui leur est tendu. [...] »SUITE 01/11/2013

Ne vous laissez pas avoir par les ''nouvelles'' extrêmes droites - PARTIE 2politique - manipulations - intolérance« Dans mon précédent billet, j'évoquais en France, le contexte dans lequel l'extrême droite avait tranquillement fait son bonhomme de chemin, surfant sur le désarroi généralisé d'une bonne partie du peuple. J'en reviens maintenant au présent. [...] »SUITE 02/11/2013

Macho, homophobe, ça rend pas plus virilsociété - discriminations« S'il y a un cliché qui revient sans arrêt dans la musique que je peux aimer et pratiquer c'est bien celui-ci : le bon gros gangsta entouré de bitches, pour bien afficher, jusqu'au grotesque, qu'il est "du bon côté de la barrière". [...] »SUITE 02/12/2013

Le luxe de se plaindrenéolibéralisme - social« Oyé braves gens ! Je viens vous faire part d'un terrible constat : il y a au dessus de vous, des personnes qui souffrent. Comment ? Vous ne ressentez pas leur souffrance ? C'est sans doute que vous êtes trop préoccupés par votre petit confort, vos petits ennuis, ou votre petite précarité quotidienne. [...] »SUITE 29/04/2014

Rap, qu'avez-vous à dire pour votre défense ?rap - préjugés« Accusé Rap, voici les faits qui vous sont reprochés. Trouble à l'ordre public de la musique. Perversion de la jeunesse. Incitation au meurtre. Que votre avocat s'exprime à présent. [...] »SUITE 29/08/2014

Fin de repas tragiquecharlie hebdo - religions - inégalités« Nous sommes vers la fin d'un repas. Autour de la table, ça digère plus ou moins bien… Puis survient l'incident. Un des invités, sans doute un peu éméché, enchaîne des blagues d'une certaine lourdeur. [...] »SUITE 02/02/2015

Sous l'emballage, la musiquemarketing - industrie musicale - ma musique« Au commencement, étaient simplement des sons, émis par divers instruments ou autres moyens, généralement en vue d'une certaine esthétique, rien de plus. [...] »SUITE 19/04/2015

Entre désarroi et n'importe quoipolitique - luttes sociales« Le monde d'aujourd'hui rappelle un constat évident, sauf si la mauvaise foi nous empêchait de le faire. Depuis fort longtemps, il n'y a jamais eu autant de concentration de richesses, de précarité, même dans les pays dits "riches". [...] »SUITE 29/07/2015

Ce n'est plus du Raprap - industrie musicale« Je débute ce texte en précisant d'emblée que je ne suis pas une encyclopédie vivante du genre musical que je défends et pratique. Mais je prétends posséder la base de connaissances pour identifier ce que l'on nomme le Rap. [...] »SUITE 18/06/2016

Ça casse les urnes !politique - élections - démocratie - médias« Le décor est planté. Immobile depuis des décennies. Le cycle est toujours identique, et il débute comme ceci : la déception d'un mandat où la majeure partie des gens a fini par réaliser sa "mauvaise pioche" d'il y a quelques années. [...] »SUITE 06/04/2017

Il est interdit d'interdire (d'exploiter)lutte des classes – violence sociale - néolibéralisme« Il est des périodes de contestation généralisée qui marquent l'histoire d'un pays. Jusque dans ses slogans, parfois radicaux, dont on se souvient encore aujourd'hui. [...] »SUITE 21/04/2018

La nécessaire ''impolitesse'' de la contestationgilets jaunes - répression - démocratie« En conclusion de mon précédent billet, j’avais émis l’hypothèse d’un mouvement de contestation du peuple, du moins, d’une partie. Il n’était pas très surprenant qu’elle finisse par se produire un jour sous une forme ou une autre [...] »SUITE 02/03/2019
icone rubrique bonusBillets/articles

La nécessaire ''impolitesse'' de la contestation
02/03/2019gilets jaunes - répression - démocratie

image militants gilets jaunesEn conclusion de mon précédent billet, j’avais émis l’hypothèse d’un mouvement de contestation du peuple, du moins, d’une partie. Il n’était pas très surprenant qu’elle finisse par se produire un jour sous une forme ou une autre .

Peu surprenant en effet, depuis le nombre d’années où les politiques en place n’ont eu pour principale logique que celle de l’austérité, de la "réduction des dépenses", pour ne pas employer l'expression de "guerre au social". Pour favoriser davantage les chances d’explosion, il aura fallu élire un président de la République, dont le mépris et l’arrogance ont atteint des records, comme en attestent ses nombreuses petites phrases mesquines et assassines. Sans parler de sa grande déconnexion vis-à-vis des intérêts du peuple d’"en bas", illustrée par des mesures ouvertement "pro-riches" (dont la suppression de l'ISF).

Cela restera sans doute anecdotique et amusant, mais l’ironie veut que ce soit une question de carburant qui ait "mis le feu". Qu’importe le prétexte, il ne pouvait décemment en être autrement. Lorsque l’on diminue le confort de quelqu’un, jusqu’à ce qu’il en éprouve des difficultés, il peut finir par s’en rendre compte ! On ne peut indéfiniment demander des efforts à ceux qui en ont déjà eu suffisamment à faire. Quand le pouvoir n’entend pas la cause d'une grande partie du peuple, et qu’il persévère dans le sens contraire, il serait naïf de croire que cela ne puisse pas finir par dégénérer en conflit.

Puisqu’il y a conflit, il y a donc des antagonistes. Cette partie du peuple qui se soulève fait face à un ennemi que l’on pourrait schématiquement appeler l’"ordre". Cet ordre n’est jamais aussi évident à identifier que lorsqu’il se sent menacé. Cet ordre en place comporte ses forces de communication, de décision politique, et de répression. Lors d’un mouvement contestataire de grande ampleur, ces éléments semblent s’entendre au mieux, dans un but logique : se défendre face à la menace populaire.

Quand le pouvoir se sent dépassé par les événements, que fait-il ? Il se radicalise. Ne soyons pas aveuglés par l’idéal d’un pays "parfaitement démocratique", parce que les méthodes employées face à la contestation tendent à n’avoir plus grand chose à envier à un régime autoritaire. Oui ! Parfaitement ! Ici, en France, on tire sciemment des flashballs à la tête des manifestants (non pas par "accident"). On leur lance de dangereuses grenades de désencerclement. Le tout, même s’ils ne sont pas directement menaçants. À ce sujet, je recommanderais de consulter le travail salutaire de David Dufresne, qui relaie les signalements d'abus provenant des forces de l'ordre, sur son compte https://twitter.com/davduf (Avertissement : certaines images sont dures). Ces méthodes reviennent à tenter d’étouffer la contestation par la force et la peur d’être mutilé, jusqu’à compromettre le droit de manifester, digne d’une véritable démocratie.

Dire que les grands médias sont principalement acquis à la cause de l’ordre dominant est devenue la plus bête des évidences, en ayant le peu d’esprit critique nécessaire à ce constat. Il n'est pas si difficile de se rendre compte de leur traitement partial et partiel de la situation. Partial, au vu d’un chroniqueur, présentateur ou prétendu journaliste qui, face à un invité d’un autre bord que l’"ordre", sort largement de son rôle pour endosser celui d’un militant défendant son chef, dans un simulacre d’interview virant au procès agressif. Partiel, lorsqu’il s’agit de se focaliser avec insistance sur quelques agissements virulents, au détriment des revendications, comme pour laisser penser que le mouvement ne se résumerait qu’à des casseurs.

Le mouvement de contestation des Gilets Jaunes n’est pas directement issu d'un parti politique, puisqu’il est d’origine populaire. Ce qui peut y inclure diverses opinions, jusqu'aux plus "extrêmes". Cet ensemble n’est qu’une représentation des classes dites "moyennes", comportant elle aussi ses "travers". Mais l’ordre en place ne va pas se priver de faire mettre en grande évidence ces mêmes défauts, afin qu’ils occultent la cause défendue. Pour exemple, un excité à tendance antisémite qui s’en prend, pour les mauvaises raisons, à Alain Finkelkraut, va amener une sorte d’injonction générale à l’indignation, où la nuance semble interdite. Nuancer sur le fait que l’on ne se soit pas autant indignés des propos xénophobes que la victime (cette fois) ait pu tenir à maintes reprises, dans des grands médias, qui plus est. Le combat contre toute forme de discrimination devrait être total, sans indignation sélective, voire surjouée et purement stratégique, venant d’un président qui, peu de temps avant, a fait l’éloge de Pétain.

Qu'importe la bassesse du procédé, c’est de ce type de stratégie de décrédibilisation dont se servira l’ordre en place, afin que le moindre incident l'emporte sur le fond des revendications. Le but étant d’ancrer dans les esprits, l’image d’un mouvement de contestation qui n’aurait pas raison d’exister, ou alors au pire, d’une façon inoffensive.

image dialogue bdPour ça, rien de mieux qu’une belle leçon de "savoir-vivre" de la contestation, souvent distillée par ceux qui ont tout intérêt à ce que rien ne change. Un sempiternel débat tronqué sur la violence (évoqué également dans mon précédent billet), dont la définition ne se limite, par paresse intellectuelle, qu'à des débordements et dégâts matériels, et non à une situation de précarité quotidienne, pourtant dure à vivre. La violence, c’est mal ! Mais uniquement quand il s’agit de pointer du doigt celle qui nous arrange. Évitons de préciser qu’elle n'est que l'enchaînement d’une première forme de violence sociale non reconnue comme telle, par les décideurs qui l’alimentent. Bien évidement, qui, à part en étant un peu dérangé ou masochiste pourrait vraiment se réjouir de la violence ? C'est un triste constat à faire, mais hélas, il aura fallu des méthodes plus radicales qu'un paisible défilé, pour forcer ceux d'en haut à entendre la nécessité d'améliorer le bien-être des gens en difficulté financière. Autrement, le pouvoir peut très bien continuer d'œuvrer sans pression, voire dans l'indécence, comme si de rien n'était, à l'image d'un président dont cela semble être une spécialité. Face à un déni aussi profond, la façon la plus marquante d'être entendu ne risquait pas d'être la plus "clean", mais plutôt l'une des dernières options possibles. Toutes ces manifestations où l’on a gentiment suivi le trajet autorisé semblent être vaines depuis longtemps. On peut déplorer les effets des formes les plus primaires et radicales de contestation, mais comment reprocher à celui qui étouffe sous une étreinte de se débattre violemment et par tous les moyens, pour chercher à s’échapper ?

Ne se limitant pas à la seule contestation des politiques en place, la voix des Gilets Jaunes a globalement fait entendre des revendications précises. Outre la démission du président en place, une "justice fiscale" exigeant une diminution des taxes concernant les classes non aisées, et le retour de l'ISF. Mais aussi, la mise en place du RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne), plaçant le peuple directement au centre des décisions, pour une démocratie plus directe. Cette question est délicate, mais elle doit être posée : le peuple est-il apte à décider de tout, sur tous les sujets ? Très personnellement et très sincèrement, je répondrai que ce n'est pas suffisamment le cas pour beaucoup, dans la réalité actuelle. Avant de pouvoir appliquer le RIC, je pense qu'il faudrait d'abord un vrai journalisme enfin digne de ce nom, qui expose la totalité des faits, avec approfondissement si nécessaire, et surtout, sans aucune influence "supérieure" (finance, grande fortune) qui n'orienterait l'information qu'en fonction de ses intérêts. Prévoir également la promotion de l'esprit critique et d'une certaine réflexion philosophique (causes, conséquences, valeurs humaines). Inculquer une culture politique suffisante pour parvenir à distinguer les idées progressistes de celles réactionnaires, ou intolérantes. Toujours d'après moi, si tout ceci était fait, il y aurait bien moins à craindre des décisions telles que le retour de la peine de mort, tant redouté (ou brandi en épouvantail, pour dissuader d'envisager le RIC). L'idéal étant d'avoir les outils pour voter en ayant pleinement conscience de son choix, chose encore loin d'être garantie, face à la désinformation dominante d'aujourd'hui.

Pour demain, il est peu évident de prédire précisément la suite des événements, concernant le mouvement des Gilets Jaunes. Mais en étant réaliste, on peut supposer que les travers dans lesquels il risque de tomber sont plus nombreux que les issues "heureuses".

- Affaiblissement ? Ce stade où "la mobilisation s'essouffle", comme aiment le marteler les grands médias aux ordres, sans doute afin de se rassurer, et de convaincre les autres que ce n'était pas grand chose.

- Compromission ? Pour accepter un "petit quelque chose" qui calme les ardeurs, sans remettre en cause le schéma qui pourtant nous a menés ici. Autrement dit, se laisser endormir par la consolation d'un "mieux que rien".

- Pourrissement ? Par des divergences trop grandes au sein du mouvement. Ou également, que le mouvement soit décrédibilisé par ceux présentés comme des représentants officiels, s'ils finissaient par penser "carrière personnelle", quitte à rentrer dans le moule d'un système politique bien traditionnel, pour en tirer pouvoir et profit. Ou encore, qu'une tendance d'extrême droite finisse par prendre le pas sur l'idée de justice pour le peuple des classes moyennes.

- Ou dans le meilleur des cas, confirmation ? Réussir à faire que l'intérêt du peuple d'"en bas" soit prioritaire à la table des débats, pour forcer les décisions politiques à être autres que synonyme d'austérité. Pourquoi pas, réussir à profondément remettre en cause le système politique.

Pour atteindre cette heureuse finalité, il faudra forcément passer outre les nombreuses voix se résumant à : "ça ne se fait pas" ou "il faut que ça s'arrête maintenant". L'urgence sociale se répand depuis trop longtemps, et tenter de la freiner, avec les "moyens du bord", d'une façon "impolie" vis-à-vis des élites, reste une action légitime.

EXPLICITE


Smileys/Emoticônes disponibles :) :D :( :p :? :o ;) >:) >:D >:( >:p
Signé (ou non) :

/!\ Les commentaires contenant des liens URL seront d'abord placés en attente de validation